Crises d’hyperphagie, comment gérer ?

 

1. Comment prendre du recul sur tes crises d’hyperphagie

Pense à tous ces moments où tu as trop mangé.
Est-ce qu’ils t’ont fait du bien ?
Comment tu t’es sentie, pendant et après manger ?

Fais 2 colonnes :

  • dans la première colonne, note tout ce que ça t’a apporté de manger à ce moment là.
    (ex : une pause quand tu en avais besoin, une distraction quand tu avais la tête dans le travail, un certain confort que tu ne trouves plus ailleurs ?)
  • dans la deuxième colonne, écris les impacts négatifs qu’ont eu ces excès sur toi.
    (ex : tu t’es renfermée sur toi-même, tu t’es sentie mal physiquement, t’avais l’impression d’être inconsciente ou dans ta bulle pendant plusieurs heures ?)

Quelle colonne est plus grande ?

Faire la balance permet de prendre du recul sur tes excès.


D’un coté, tu vas te rendre compte que tes crises ne t’apportent pas que du négatif.
Elles peuvent t’aider à supporter une situation difficile par exemple.
Tu vas te rendre compte que c’est OK de vouloir s’apaiser parfois.

Et de l’autre côté, tu vas te rendre compte que la plupart du temps, manger pour anesthésier tes émotions te laisse bloquée dans tes problèmes.
Que tu fais du sur place à force de fuir.
Que tout ce temps passé à ne pas écouter tes émotions, c’est du temps perdu à ne pas faire face aux challenges qui te permettent d’avancer dans ta vie.

Tu vas te rendre compte que les crises c’est comme un doliprane :

  • tu sais que tu peux compter sur le doliprane pour soulager ton mal de crâne de temps en temps.
  • mais si t’as mal à la tête tous les jours, tu sais que le doliprane va juste te soulager sur le moment.
    Et pas t’aider à savoir d’où vient le problème ni à guérir.

 

2. Comment écouter ton corps ?

Ça parait banal d’écouter son corps, mais quand on y réfléchit, il y a plein de trucs qu’on lui fait subir sans même lui demander son avis.

    • dormir pas assez.
    • manger moins.
  • éviter le gras et le sucre.

Quand ça fait 3 semaines que tu évites le chocolat et 4 jours que tu dors moins de 6h par nuit.
Quand tu travailles 15h par jour et que tu rêves de ta présentation Power Point du lendemain.
Quand tu t’es imposée de faire du sport tous les 2 jours, et de voir tes potes les autres soirs. 

Tu as moins de temps pour toi, tu n’as pas toutes tes capacités.
Tu es moins patiente, tu as moins de force pour te recentrer sur toi et savoir ce que tu veux réellement.

Tu vas craquer, c’est HUMAIN.
Tu ne peux pas tout faire bien en même temps.
Tu vas vouloir relâcher la pression.

Avant de te demander quelles émotions te font manger, assure-toi que tes besoins basiques sont remplis.
Que tu manges à ta faim, un peu de tout et en fonction de tes envies.
Que tu dors bien, que tu te consacres assez de temps.

Fais une liste des trucs que tu fais, avec le temps que tu passes pour chaque activité.
Fais une liste de tes priorités dans ta vie.

Est ce que ces 2 listes sont cohérentes ?
Si non, réfléchis à ce que tu peux faire pour réduire le temps que tu passes dans certaines activités moins prioritaires pour toi.
Et passer plus de temps pour améliorer un autre aspect de ta vie plus prioritaire.

 

3. Comment comprendre tes émotions ?

Tes émotions te permettent de faire des choix et d’avancer dans la vie.
De sentir si tu es sur le bon chemin ou pas.
Elles sont essentielles, on ne veut pas les supprimer.

Au contraire, on veut mieux les écouter et les comprendre.

Quand tu sens que tu vas faire une crise, prends quelques minutes pour toi.

Prends ton téléphone ou un truc qui fait timer, et mets 5 minutes.

Assieds-toi & ferme les yeux.

Pendant ces 5 minutes, médite.
Concentre toi sur ta respiration.
Dès que tu auras des pensées ou des émotions qui arriveront, regarde-les et accepte-les.
Reviens à ta respiration.
Fais ça à chaque fois qu’une autre pensée/émotion viendra.

Quand ton timer sonne, est-ce que tu as toujours ce besoin de manger ?

Oui > mange
Non > continue ta vie

Ce que j’aime bien avec cet exercice, c’est qu’on s’en fout si tu manges ou pas.
Du coup pas de pression : tu as le droit de manger.

Ce qui compte, c’est que tu sois restée 5 minutes avec toi-même. À ressentir tes émotions désagréables.

Même si tu manges après, tu auras réussi à ne pas fuir tes émotions directement comme tu le fais quand tu manges directement sans réfléchir.

 

Note dans un carnet les pensées et les émotions que tu as ressenties pendant ces 5 minutes.
Au bout d’un moment, tu réussiras à mieux cerner ce qui déclenche tes crises.

Ça te permettra :

  • de moins ressentir ces émotions (tu sauras anticiper ce qui les provoque
  • de réfléchir à d’autres moyens d’apaiser cette émotion de façon plus efficace (contrairement à manger)

 

0 Partages

6 Commentaires

  1. Lemaignen
    2 avril 2019 / 20 h 07 min

    Merci pour cet article sur ton blog, je le trouve super cela fait environ 3 ans que je fais des crises d’hyperphagie mais cela fait seulement une petite semaine que j’ai compris que j’étais atteinte de cette maladie. J’espère m’en sortir car contrairement à un autre article que tu as publié lorsque tu as écrit que niveau poids les hyperphagiques ne sont pas en obésité, moi je me suis. Depuis que je suis au lycée ces crises de sont accélérés et je me fais de plus en plus de mal à cause de cela.

    • Elyane
      Auteur
      12 août 2019 / 15 h 26 min

      Bonjour Laura, oui effectivement ça dépend des personnes.
      Certaines personnes compensent beaucoup les crises et ne prennent pas de poids, et d’autres ne compensent pas et prennent du poids.
      Dans les deux cas, l’important est de ce concentrer sur la relation avec la nourriture.

      • Sophie
        16 août 2019 / 0 h 07 min

        Bonjour merci pour vos conseils, j’ai les crises le soir quand mes enfants et mon mari sont couchés. C’est un cercle vicieux car plus mon mari me fait des réflexions sur ma prise de poids et plus je mange le soir…

        • Elyane
          Auteur
          16 août 2019 / 10 h 58 min

          Bonjour Sophie, c’est complètement normal.
          Les remarques de votre mari agissent comme des privations, des restrictions, des frustrations.
          Le cerveau n’aime pas les frustrations… il réagit en mangeant de manière compulsive.

  2. D.
    5 août 2019 / 22 h 34 min

    Bonjour, ma fille a 20 ans. Elle fait beaucoup de sport mais mange tout le temps. Elle sort de table et se jette sur la nourriture : 3 pommes, une pêche, 2 ou 3 abricots et je l’arrête sinon elle pourrait continuer à manger un melon en entier. Que dois-je faire ? Merci.

    • Elyane
      Auteur
      12 août 2019 / 15 h 25 min

      Bonjour Nathalye, il y a de fortes chances pour que votre fille ait une mauvaise relation avec la nourriture.
      Je vous conseille de lui proposer de l’aide, d’en discuter avec elle, de son rapport avec la nourriture et au corps, des régimes etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Tweetez
Partagez